lundi 27 avril 2015

Projet Déborah / Julie – phrases 188-194

—¿Qué edad tienes? —nos interrogó quebrando un instante de incómodo silencio.
Ya habíamos mencionado que teníamos catorce. Una edad difícil. Ya no éramos inmunes a los encantos femeninos y la sola presencia de Estela nos trastornaba completamente. Ni que decir en aquel momento que nuestros cuerpos se balanceaban uno junto al otro llevados por el suave vaivén de las olas. Nos sentíamos torpes y apenas podíamos disimular nuestra turbación.
Le contestamos y le devolvimos la pregunta.

Traduction temporaire :

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas de ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, portés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

9 commentaires:

drouillard déborah a dit…

Julie ne pourra pas participer à l’élaboration de ce passage car elle est partie en vacances et elle n’a pas de connexion Internet, elle s’en excuse.

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, rompant un instant de silence gênant.
J’avais déjà dit que j’avais quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions alors pas immunisés contre les charmes féminins, et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Il va s’en dire qu’en ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

Tradabordo a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, rompant [« brisant » / « interrompant » / « mettant fin à » ?] un instant de silence gênant.
J’avais déjà dit [« nous »] que j’avais [idem] quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions alors [FS] pas immunisés contre les charmes féminins, [je supprimerais la virgule] et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Il va s’en dire [« Ne parlons même pas » / « Sans parler de »] qu’en ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

drouillard déborah a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas qu’en ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

Tradabordo a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas qu’[la construction ne va pas…]en ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

drouillard déborah a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas de ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

Tradabordo a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas de ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, entraînés [« portés » ? Comme vous préférez] par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras [« trouble » ? Vérifiez].
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

drouillard déborah a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas de ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, portés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras ["Turbación" signifie à la foie "trouble" et "embarras"].
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

Tradabordo a dit…

— Quel âge as-tu ? nous interrogea-t-il, brisant un instant de silence gênant.
Nous avions déjà dit que nous avions quatorze ans. Un âge difficile. Nous n’étions pas encore immunisés contre les charmes féminins et la seule présence d’Estela nous bouleversait complètement. Ne parlons même pas de ce moment où nos corps se balançaient l’un contre l’autre, portés par le doux va-et-vient des vagues, nous nous sentions maladroits, et nous pouvions à peine dissimuler notre embarras.
Nous répondîmes et nous lui retournâmes la question.

OK.

Julie ?

Dubois Julie a dit…

Ok.