mercredi 8 avril 2015

Projet Morgane 13 – phrases 30-32


Se llamaba Conchita, y era delgada, de mediana estatura con tez canela y ojos verdes muy grandes, semejantes a la reflexión de un arroyo tranquilo y transparente que transcurre radiante bajo tenue frescor de un sol primaveral. Reflexiva, más bien acariciaba con los ojos. Linda y muy dulce en sus maneras, profundamente callada y sugerente como un poema de Lorca.

Traduction temporaire :
Elle s'appelait Conchita, était mince, de taille moyenne, avait le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils au reflet d'un ruisseau calme et transparent coulant, radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

6 commentaires:

Morgane Labrousse a dit…

Elle s'appelait Conchita et était mince, de taille moyenne, le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils à la réflexion d'un ruisseau calme et transparent qui coule, radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

Tradabordo a dit…

Elle s'appelait Conchita et [avec une simple virgule] était mince, de taille moyenne, le teint cannelle et [« avec » ?] de grands yeux verts, pareils à la réflexion [« reflet » ?] d'un ruisseau calme et transparent qui coule [« coulant » ?], radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

Morgane Labrousse a dit…

Elle s'appelait Conchita, était mince, de taille moyenne, elle avait le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils au reflet d'un ruisseau calme et transparent coualnt, radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

Tradabordo a dit…

Elle s'appelait Conchita, était mince, de taille moyenne, elle [nécessaire ?] avait le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils au reflet d'un ruisseau calme et transparent coualnt [?], radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

Morgane Labrousse a dit…

Elle s'appelait Conchita, était mince, de taille moyenne, avait le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils au reflet d'un ruisseau calme et transparent coulant, radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

Tradabordo a dit…

Elle s'appelait Conchita, était mince, de taille moyenne, avait le teint cannelle et de grands yeux verts, pareils au reflet d'un ruisseau calme et transparent coulant, radieux, sous la légère fraîcheur d'un soleil printanier. Réfléchie, elle caressait davantage avec ses yeux. Belle et très douce dans sa façon de faire, profondément silencieuse et suggestive comme un poème de Lorca.

OK.