dimanche 5 avril 2015

Projet Noëllia – phrase 30


Cuando la puerta salta en pedazos, cuatro primeros hombres irrumpen en la pequeña antesala de la vivienda, y se topan con un muro de muebles desvencijados, colchones reventados, bolsas de plástico, objetos mugrientos, teléfonos, receptores de radio, muñecas parlantes sin cabeza, figurillas de cerámica, mecanismos de reloj, restos de comida en proceso de descomposición, y —si no llevaran los cilindros de cristal alrededor de sus cabezas— un nauseabundo muro de hedor, a carne, a vísceras, a excrementos, más grueso y rotundo que el formado por los cuerpos tangibles.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

9 commentaires:

Noëllia Gajardo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premiers dans le couloir de l’habitation ; et se retrouvent face à un mur de meubles branlants, des matelas éventrés, des poches en plastique, d’objets crasseux, des téléphones, des récepteurs de radio, des poupées parlantes sans tête, des petites figurines en céramique, des mécanismes de montre, des reste de plats en décomposition ; et, s’ils ne portaient pas les cylindre en cristal autour de leur tête, un mur nauséabond de puanteur de viandes, viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Tradabordo a dit…

Remettez la partie entre tirets. C'est quelque chose que je vous ai déjà dit pour une section précédente. On ne peut pas supprimer ; cela relève du style de l'auteur et de sa façon de raconter SON histoire.

Noëllia Gajardo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premiers dans le couloir de l’habitation ; et se retrouvent face à un mur de meubles branlants, des matelas éventrés, des poches en plastique, d’objets crasseux, des téléphones, des récepteurs de radio, des poupées parlantes sans tête, des petites figurines en céramique, des mécanismes de montre, des reste de plats en décomposition ; et — s’ils ne portaient pas les cylindre en cristal autour de leur tête — un mur nauséabond de puanteur de viandes, viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Tradabordo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premiers [grammaire] dans le couloir [sûre ?] de l’habitation [« logement »] ; et [virgule + « ils »] se retrouvent face à un mur de meubles branlants [plus littéral ; sinon, c'est ambigu ici], des [« de » ?] matelas éventrés, des [« de » ?] poches [« sacs » ;-)] en plastique, d’objets crasseux, des [« de » ?… en fonction adaptez le reste] téléphones, des récepteurs de radio, des poupées parlantes sans tête, des petites figurines en céramique, des mécanismes de montre, des reste de plats en décomposition ; et — s’ils ne portaient pas les cylindre en cristal autour de leur tête — un mur nauséabond de puanteur de viandes, viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Noëllia Gajardo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent les premiers dans l'antichambre du logement ; et, ils se retrouvent face à un mur de meubles délabrés, de matelas éventrés, de sacs en plastique, d’objets crasseux, de téléphones, de récepteurs de radio, de poupées parlantes sans tête, de petites figurines en céramique, de mécanismes de montre, de reste de plats en décomposition ; et — s’ils ne portaient pas les cylindre en cristal autour de leur tête — un mur nauséabond de puanteur de viandes, viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Tradabordo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent les premiers [« en premier » ?] dans l'antichambre [naturel ?] du logement ; et, ils [supprimez tout ça et mettez un simple « et »] se retrouvent face à un mur de meubles délabrés, de matelas éventrés, de sacs en plastique, d’objets crasseux, de téléphones, de récepteurs de radio [ou juste : « de radios » ?], de poupées parlantes [sûre qu'on dit comme ça ?] sans tête, de petites figurines en céramique, de mécanismes de montre, de reste de plats [pourquoi vous changez ?] en décomposition ; [pourquoi ce ; ?] et — s’ils [du coup, je ne comprends pas le sens] ne portaient pas les cylindre [grammaire] en cristal [sûre ?] autour de leur tête — un mur nauséabond de puanteur de viandes [mal dit], viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Noëllia Gajardo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premier dans le hall d'entrée du logement et ils se retrouvent face à un mur de meubles délabrés, de matelas éventrés, de sacs en plastique, d’objets crasseux, de téléphones, de radios, de poupées qui parlent sans tête, de petites figurines en céramique, de mécanismes de montre, de reste de nourriture en décomposition et — s’ils ne portaient pas des cylindres en verre autour de leur tête — un mur nauséabond de puanteur, de viandes faisandées, viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Tradabordo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premier dans le hall d'entrée [ça, c'est plutôt pour un immeuble // pourquoi pas « entrée » tout seul ?] du logement [nécessaire ?] et ils [nécessaire ?] se retrouvent face à un mur de meubles délabrés, de matelas éventrés, de sacs en plastique, d’objets crasseux, de téléphones, de radios, de poupées qui parlent sans tête, de petites figurines en céramique, de mécanismes de montre, de reste de nourriture en décomposition et — [tirets moyens – ; les longs sont pour ouvrir les dialogues] s’ils ne portaient pas des cylindres en verre autour de leur [« la »] tête — un mur nauséabond de puanteur, de viandes faisandées [« pourries »], [répétez le « de »] viscères, excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.

Noëllia Gajardo a dit…

Quand la porte vole en éclats, quatre hommes pénètrent en premier dans l'entrée et se retrouvent face à un mur de meubles délabrés, de matelas éventrés, de sacs en plastique, d’objets crasseux, de téléphones, de radios, de poupées qui parlent sans tête, de petites figurines en céramique, de mécanismes de montre, de reste de nourriture en décomposition et – s’ils ne portaient pas des cylindres en verre autour de la tête – un mur nauséabond de puanteur, de viandes pourries, de viscères, d'excréments, plus épais et plus fort que celui formé par les corps tangibles.