dimanche 15 février 2015

Projet Manuel / Thomas – phrases 36-39

Era como si el mundo se hubiera detenido. En medio de la quietud, Santiago percibió cierta vibración en la atmósfera. El aire cálido empezó a retroceder ante el empuje de la brisa que soplaba desde la playa, ascendía la pared del acantilado y llegaba hasta la azotea. Era una suave corriente que iba y venía con una cadencia similar a la del mar.

Traduction temporaire :
On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait sur une cadence similaire à celle de la mer.

13 commentaires:

Partaud Manu a dit…

C’était comme si le monde [entier] s’était arrêté. Au milieu du calme [ambiant], Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commençait à reculer devant la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, elle passait au-dessus du mur de la falaise, et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un doux courant qui allait et venait d’une cadence similaire à celle de la mer.

Partaud Manu a dit…

Je viens de m'apercevoir d'une erreur, je voulais mettre "commença" au lieu de "commençait"

Tradabordo a dit…

Remettez l'ensemble… Pour pouvoir évaluer, j'ai besoin de voir les propositions en situation.

Partaud Manu a dit…

C’était comme si le monde [entier] s’était arrêté. Au milieu du calme [ambiant], Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer devant la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, elle passait au-dessus du mur de la falaise, et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un doux courant qui allait et venait d’une cadence similaire à celle de la mer.

Tradabordo a dit…

C’était comme si le monde [entier] [à vous de trancher // décider est l'une des choses les plus difficile à faire en traduction, il vous y habituer…] s’était arrêté. Au milieu du calme [ambiant] [idem], Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer devant [« sous » ?] la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, elle [nécessaire ?] passait au-dessus du mur [« pan » ? J'hésite…] de la falaise, et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était [vous avez déjà commencé la phrase précédente de cette façon] un doux courant qui allait et venait d’[mal dit]une cadence similaire à celle de la mer.

Partaud Manu a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise, et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un doux courant qui allait et venait de cadence similaire à celle de la mer.

Tradabordo a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un doux courant [dans l'autre sens ?] qui allait et venait de [mal dit] cadence similaire à celle de la mer.

Partaud Manu a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait avec une cadence similaire à celle de la mer.

Tradabordo a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait avec [« sur » ?] une cadence similaire à celle de la mer.

Partaud Manu a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait avec sur une cadence similaire à celle de la mer.

Tradabordo a dit…

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait avec sur une cadence similaire à celle de la mer.

OK.

Thomas ?

Thomas Maignan a dit…

[Le "avec" de "qui allait et venait avec sur une cadence similaire" ne serait-il pas en trop par hasard ?]

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait sur une cadence similaire à celle de la mer.

Tradabordo a dit…

En effet. Bien vu.

On aurait dit que le monde entier s’était arrêté. Au milieu du calme ambiant, Santiago perçut une certaine vibration dans l’atmosphère. L’air chaud commença à reculer sous la poussée de la brise qui soufflait depuis la plage, passait au-dessus du pan de la falaise et arrivait jusqu’à la terrasse. C’était un courant doux qui allait et venait sur une cadence similaire à celle de la mer.

OK.