dimanche 15 février 2015

Projet Aurélie – phrases 34-35

a veces hacía «El Lustrabotas», poniéndose la pinga en las axilas y moviendo los brazos como si se limpiara los zapatos con un trapo; para otros casos tenía «La Parrillada», que era quitando el colchón y tumbando a los clientes boca abajo encima del catre para chupárselas desde el suelo, y si estaba de buen humor -o si le ofrecían un poquito más de plata- se quitaba la dentadura postiza y les hacía un pajazo con las encías. Eso se llamaba la «Leche Enci».

Traduction temporaire :
Parfois, elle faisait « la cireuse de souliers » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur – ou s'ils payaient un peu plus – elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

7 commentaires:

Aurélie Omer Talent a dit…

Parfois, elle faisait "la cireuse de chaussures". Elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait ses chaussures. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue, elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre. Elle se plaçait sous le lit et leur suçait la bite à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec les gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

Tradabordo a dit…

Parfois, elle faisait "[les guillemets français : «»] la cireuse de chaussures". [deux points ?] Elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait ses [?] chaussures. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue, [deux points ?] elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre. [point-virgule + « là » ?] Elle se plaçait sous le lit et leur suçait la bite [nécessaire de répéter ?] à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec les [possessif ?] gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

Aurélie Omer Talent a dit…

Parfois, elle faisait « la cireuse de chaussures » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

Tradabordo a dit…

Parfois, elle faisait « la cireuse de chaussures » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures [ici ou plus haut, « souliers » – pour éviter la répétition ?] avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

Aurélie Omer Talent a dit…

Parfois, elle faisait « la cireuse de souliers » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

Tradabordo a dit…

Parfois, elle faisait « la cireuse de souliers » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

OK.

Tradabordo a dit…

Parfois, elle faisait « la cireuse de souliers » : elle mettait leur bite sous ses aisselles et bougeait ses bras comme si elle astiquait les chaussures avec un chiffon. Pour d'autres clients, elle faisait le barbecue : elle enlevait le matelas et les allongeait sur le ventre ; là, elle se plaçait sous le lit et les suçait à travers le sommier en grillage métallique, et si elle était de bonne humeur - ou s'ils payaient un peu plus - elle enlevait son dentier et leur faisait une pipe avec ses gencives. Cela s'appelait le "sperme en poudre".

OK.