lundi 16 février 2015

Projet Hélène / Chloé – phrases 111-117

Tantas semanas en el hospital. El invierno ha llegado. La recuperación se hace lenta. Días y noches de enfermeras, revisiones, cápsulas, comidas desabridas, pastillas, jeringas, sueros, evaluaciones. Primero un espasmo, luego dolores en el pecho y la espalda. Él cada día come menos, casi no habla a pesar de que ella trata de animarlo, de contarle su día, del trabajo, del nuevo novio, quizás este ya sea el definitivo y se casen y lleguen los nietos. Tan contento lo pondrá que ella tenga hijos para enseñarles a nadar, a enfrentarse a las olas…

Traduction temporaire :
Tant de semaines passées à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, de gélules, de repas insipides, de comprimés, de piqûres, de perfusions, d’examens. D'abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas, bien qu’elle essaie de l'animer, en lui racontant sa journée, son travail, en lui parlant de son nouveau fiancé : peut-être qu’il s’agissait du bon, cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants arriveraient. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

6 commentaires:

Hélène a dit…

Tant de semaines à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, d’ampoules, de nourriture fade, de comprimés, de seringues, de perfusions, d’examens. Tout d’abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas bien qu’elle essaie de le réconforter, en lui racontant sa journée, son travail, son nouveau fiancé : peut-être qu’il s’agissait du bon cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants apparaîtraient. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…


chloé Tessier a dit…

Tant de semaines à l'hôpital. L'hiver est arrivé. La guérison se fait lentement. Des jours et des nuits d'infirmières, de visites médicales, de gélules, de repas insipides, de comprimés, de seringues, de perfusions, d'examens. D'abord un spasme, ensuite des douleurs dans la poitrine et le dos. Chaque jour il mange moins, il ne parle presque pas bien qu'elle essaie de lui remonter le moral, de lui raconter sa journée, de lui parler du travail, du nouveau fiancé, peut être celui-ci est-il enfin le dernier, qu'ils se marieront et que les petits enfants arriveront. Cela le rendrait tellement heureux qu'elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

Tradabordo a dit…

Je prends la première proposition arrivée.

Tant de semaines [cheville : « passées » ou inutile ?] à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, d’ampoules [c'est ce que tu vois sur Google images ?], de nourriture fade [je préfère la propo de Chloé pour ça], de comprimés, de seringues [« piqures » ? Comme vous voulez], de perfusions, d’examens. Tout [nécessaire ?] d’abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas [virgule] bien qu’elle essaie de le réconforter [« animer » ?], en lui racontant sa journée, son travail, son nouveau fiancé [ça va avec « raconter » ?] : peut-être qu’il s’agissait du bon [virgule] cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants apparaîtraient [mal dit]. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

chloé Tessier a dit…

Tant de semaines passées à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, de gélules, de repas insipides, de comprimés, de piqûres, de perfusions, d’examens. D'abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas, bien qu’elle essaie de l'animer, en lui racontant sa journée, son travail, en lui parlant de son nouveau fiancé : peut-être qu’il s’agissait du bon, cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants arriveraient. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

Tradabordo a dit…

Tant de semaines passées à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, de gélules, de repas insipides, de comprimés, de piqûres, de perfusions, d’examens. D'abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas, bien qu’elle essaie de l'animer, en lui racontant sa journée, son travail, en lui parlant de son nouveau fiancé : peut-être qu’il s’agissait du bon, cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants arriveraient. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

OK. C'est bien.

Hélène ?

Hélène a dit…

Tant de semaines passées à l’hôpital. L’hiver est arrivé. La guérison est lente. Des jours et des nuits d’infirmières, de visites médicales, de gélules, de repas insipides, de comprimés, de piqûres, de perfusions, d’examens. D'abord un spasme, puis des douleurs dans la poitrine et le dos. Il mange chaque jour un peu moins, ne parle quasiment pas, bien qu’elle essaie de l'animer, en lui racontant sa journée, son travail, en lui parlant de son nouveau fiancé : peut-être qu’il s’agissait du bon, cette fois-ci, qu’ils se marieraient et que les petits-enfants arriveraient. Il sera tellement content qu’elle ait des enfants pour leur apprendre à nager, à affronter les vagues…

OK.