jeudi 25 février 2016

Projet Aurélie S – phrases 37-38

Me había agarrado ya con los dos brazos cuando percibí un fuerte olor a resina balsámica. Esta vez no tenía que comprar el libro “Delicias de los coniferólogos” porque estaba claro que lo que había brotado bajo mis pies era un abeto, un pequeño abeto de Navidad.

Traduction temporaire :

J'étais déjà agrippée avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

8 commentaires:

Aurélie S a dit…

J'avais déjà accroché mes bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je ne devais pas acheter le livre "Délices des spécialités conifères" parce il était clair que ce qui avait poussé en dessous de mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Tradabordo a dit…

J'avais déjà accroché mes bras [pas ce que dit la V.O.] lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je ne devais [ou dans le sens « avoir besoin de » ?] pas acheter le livre "Délices des spécialités conifères" [virgule] parce [manque quelque chose ici] il était clair que ce qui avait poussé en dessous [mal dit] de mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Aurélie S a dit…

Je m'étais déjà accroché avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Tradabordo a dit…

Je m'étais déjà accroché [grammaire + il y a mieux : « agripper »] avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Aurélie S a dit…

J'étais déjà agrippé avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Tradabordo a dit…

J'étais déjà agrippé [grammaire] avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Aurélie S a dit…

J'étais déjà agrippée avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

Tradabordo a dit…

J'étais déjà agrippée avec mes deux bras lorsque j'ai senti une forte odeur de résine balsamique. Cette fois, je n'avais pas à acheter le livre "Délices des spécialités conifères", parce qu'il était clair que ce qui avait poussé sous mes pieds était un sapin, un petit sapin de Noël.

OK.

Maintenant, vous pouvez aller dans « Travaux en cours » (colonne de droite du blog) et relire. Quand c'est prêt, envoyez-moi ça par mail.