samedi 27 février 2016

Projet Medea / Iris – phrases 55-59

-Si aseguras a mi cabeza su permanencia sobre los hombros, yo, ¡oh, excelso príncipe!, te señalaré a esos que tus reales ojos desean conocer.
El rey hizo un signo de asentimiento y el repugnante engendro continuó:
-Nada más fácil que complacerte, ¡oh, rey! ¿Deseas saber cuál de tus vasallos posee el corazón más vil? Pues no sólo te presentaré uno, sino toda una legión.

Traduction temporaire :

— Si tu garantis que ma tête restera sur mes épaules, moi, ô éminent prince, je te désignerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome répugnant continua : Rien de plus facile que de te complaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas un seulement, mais toute une légion.

10 commentaires:

Iris Rodriguez a dit…

— Si tu garantis à ma tête sa permanence sur ces épaules, moi , oh excellent prince ! te montrerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître.
Le roi fit un signe d'assentiment et l'être répugnant continua :
— Rien de plus facile que de te faire plaisir, oh, roi !
Désires tu s'avoir lequel de tes vassaux possède le cœur plus vil ? Alors non seulement je t'en présenterai un sinon à toute une légion.

Tradabordo a dit…

Laissez la mise en page que je mets ici.

— Si tu garantis à ma tête sa permanence sur ces épaules [pas très naturel ; je sais que c'est assez alambiqué en français, mais quand même… nous, on doit essayer de bâtir une phrase à peu près compact / voyez ce que vous pouvez faire pour ne pas trahir la V.O., mais être lisible], moi [espace en trop], oh excellent [FS ; attention de bien regarder dans le dico] prince ! [et le sujet ?] te montrerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et l'être [dico] répugnant continua : Rien de plus facile que de te faire plaisir [plutôt dans le sens « donner satisfaction »], oh, roi ! Désires tu [tiret] s'avoir lequel de tes vassaux possède le cœur [manque quelque chose ici] plus vil ? Alors [pas très adapté ici] non seulement je t'en présenterai un sinon à toute une légion [plusieurs incorrections dans cette phrase].

Medea a dit…

— Si tu garantis à ma tête et sur mes épaules sa permanence [je sais pas si c'est mieux dit ?] moi, ô prince éminent ! Je te montrerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome [comme on a déjà utilisé avorton un petit peu plus haut je sais pas si on peut le remettre ? ] répugnant continua : Rien de plus facile que de te conplaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas seulement un, mais toute une légion.

Tradabordo a dit…

— Si tu garantis à ma tête et sur mes épaules sa permanence [je sais pas si c'est mieux dit ? Ah non, là, c'est carrément du charabia ;-))))) Pas facile, hein… Bon, allez, il agir : allez au plus simple] moi, ô prince éminent [ou l'inverse ?] ! Je te montrerai [« désignerai »] à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome [comme on a déjà utilisé avorton un petit peu plus haut je sais pas si on peut le remettre ? Très bonne idée] répugnant continua : Rien de plus facile que de te con[ortho]plaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas seulement un [ou : « pas un seulement » ? Voyez ce qui est mieux], mais toute une légion.

Medea a dit…

— Si tu garantis à ma tête sa permanence [j'ai enlevé un bout de la phrase du coup ?], moi, ô éminent prince ! Je te désignerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome répugnant continua : Rien de plus facile que de te complaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas un seulement, mais toute une légion.

Tradabordo a dit…

« Si tu garantis que ma tête restera sur mes épaules » ?

Medea a dit…

Ah d'accord. J'avais pas du tout compris la phrase en fait :o

— Si tu garantis que ma tête restera sur mes épaules, moi, ô éminent prince ! Je te désignerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome répugnant continua : Rien de plus facile que de te complaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas un seulement, mais toute une légion.

Tradabordo a dit…

Il faut dire qu'elle était assez bizarre :-)

— Si tu garantis que ma tête restera sur mes épaules, moi, ô éminent prince, je te désignerai à ceux que tes yeux royaux désirent connaître. Le roi fit un signe d'assentiment et le gnome répugnant continua : Rien de plus facile que de te complaire, ô roi ! Désires-tu savoir lequel de tes vassaux possède le cœur le plus vil ? Et bien, je ne t'en présenterai pas un seulement, mais toute une légion.

OK.

Iris ?

Tradabordo a dit…

Voilà, le texte est terminé.

Maintenant :
- il faut attendre qu'Iris regarde ce que nous avons fait, qu'elle donne son avis, valide, etc. pour que je puisse enregistrer la fin dans « Travaux en cours ».
- Quand ce sera fait, vous irez chercher votre traduction dans « Travaux en cours », vous la mettrez dans un doc, vous la relirez bien (en vous assurant attentivement qu'il ne manque pas des phrases par rapport à la V.O.), vous remettrez la mise en page du texte original…
- Quand cela est prêt, vous me l'envoyez par mail et je publie dans les anthologie de Lectures d'ailleurs…

Pour la suite :
Vous avez fait le travail demandé (avec sérieux ; je suis vraiment contente de vous) en cours et vous ne me « devez » donc plus rien pour l'évaluation. Mais si vous avez envie de continuer, toutes les deux ou seules, vous pouvez. Vous êtes la / les bienvenue(s) sur Tradabordo. Il vous suffit de m'envoyer un mail pour me le dire et de me demander un autre texte. Aucune obligation évidemment. C'est pour vous.

Iris Rodriguez a dit…

Je valide :)