vendredi 25 mars 2016

Projet Justine / Elena – phrases 24

Paz

La guerra líquida, según fue apodada, tan sucia como todas las que le antecedieron pero más cruenta que ninguna, finaliza. Los supervivientes, unos pocos hombres que ahora se piensan infinitamente poderosos, cum- pliendo el acuerdo de palabra con el que sellaron el enfrentamiento fra- tricida, narcotizan los mares —único modo de atraparlos— y los parten, y reparten, y secuestran lo partido y repartido en sendas cajas fuertes.
Bajo el peso de los bloques de cemento que guardan las cajas y su con- tenido precioso, bajo latas oxidadas, trozos de nailon, colillas de cigarrillos y rocas partidas por la inclemencia del desierto que se expande; bajo los huesos pulverizados de los muertos, la madre tierra suplica como un mendigo:
—Agua, por favor. 

Traduction temporaire :

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent leur parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les scindent, les répartissent et séquestrent ce qui est scindé et ce qui est réparti dans des coffres-forts. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve rouillées, des bouts de nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

15 commentaires:

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, d'après son surnom, aussi sale que toutes celles qui l'ont précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes qui s'imaginent désormais infiniment puissants, en tenant parole, celle avec laquelle ils avaient scellés l'affrontement fratricide, administrent un narcotique aux océans – seul moyen de les attraper – et les partagent, les répartissent, et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti, dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière, suppliante, demande l'aumône tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, d'après son surnom [bof], aussi sale que toutes celles qui l'ont précédée [ou PQP ?], mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes qui s'imaginent désormais [j'hésite sur la place que tu lui donnes…] infiniment puissants, en tenant parole, celle avec laquelle [construction pas très bonne…] ils avaient scellés l'affrontement fratricide, administrent un narcotique aux océans – seul moyen de les attraper – et les partagent, les répartissent, et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti, dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière, suppliante, demande l'aumône tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui, désormais, s'imaginent infiniment puissants, en tenant parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide, administrent un narcotique aux océans – seul moyen de les attraper – et les partagent, les répartissent, et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti, dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière, suppliante, demande l'aumône tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui, désormais, s'imaginent infiniment puissants, en tenant [ça devient trop compliqué… Passe par « tiennent parole et………… » au pire : « tiennent parole en………… »] parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide, administrent un narcotique aux océans – seul moyen de les attraper – et les partagent, les répartissent, et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti, dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière, suppliante, demande l'aumône tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui, désormais, s'imaginent infiniment puissants, tiennent parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide, et administrent un narcotique aux océans – seul moyen de les attraper – et les partagent, les répartissent, et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti, dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière, suppliante, demande l'aumône tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide, [deux points ?] et [« ils » ?] administrent un narcotique aux océans [littéral ?] – seul moyen de les attraper – et [« puis »] les partagent, les répartissent et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de Nylon [tu as vérifié ?], des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, la Terre, mère nourricière [texte], suppliante, demande l'aumône [texte] tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les partagent, les répartissent et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti dans un coffre-fort chacun. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de nylon [tu as vérifié ? / Oui, mais les infos étaient contradictoires… Enfin, après re-vérification, apparemment nylon ne serait pas une marque déposée et ne prendrait donc pas de majuscule, désolée pour cette bévue.], des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent [« leur »] parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les partagent, les répartissent et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti dans un coffre-fort chacun [ou « chacun » placé avant ; essaie et vois ce qui est mieux]. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de nylon [tu as vérifié ? / Oui, mais les infos étaient contradictoires… Enfin, après re-vérification, apparemment nylon ne serait pas une marque déposée et ne prendrait donc pas de majuscule, désolée pour cette bévue. ///// on verra ce que dit Elena], des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :

Et la dernière phrase ?

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent [« leur »] parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les partagent, les répartissent et séquestrent ce qui est partagé et ce qui est réparti dans un coffre-fort chacun [ou « chacun » placé avant ; essaie et vois ce qui est mieux]. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux de nylon [tu as vérifié ? / Oui, mais les infos étaient contradictoires… Enfin, après re-vérification, apparemment nylon ne serait pas une marque déposée et ne prendrait donc pas de majuscule, désolée pour cette bévue. ///// on verra ce que dit Elena], des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Elena ?

Elena a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent leur parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les partagent ["brisent"], les répartissent et séquestrent ce qui est partagé ["brisé"] et ce qui est [Nécessaire ?] réparti dans des coffres-forts. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux [bouts ?] de nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Pour "nylon" : Prononc. et Orth.: [nilɔ ̃]. Parfois avec la majuscule à l'initiale marquant le statut de nom déposé.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent leur parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les partagent ["brisent"//// Bof ; sûre du sens ?], les répartissent et séquestrent ce qui est partagé ["brisé" /// idem] et ce qui est [Nécessaire ?] réparti dans des coffres-forts. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve oxydées, des morceaux [bouts ? OK] de nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Justine a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent leur parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les scindent, les répartissent et séquestrent ce qui est scindé et ce qui est réparti dans des coffres-forts. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve rouillées, des bouts de nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

Tradabordo a dit…

Paix

La guerre liquide, comme on l'avait surnommée, aussi sale que toutes celles qui l'avaient précédée, mais plus cruelle qu'aucune autre, s'achève. Les survivants, une poignée d'hommes, qui désormais s'imaginent infiniment puissants, tiennent leur parole, celle qui avait scellé l'affrontement fratricide : ils administrent un narcotique aux mers – seul moyen de les attraper – puis les scindent, les répartissent et séquestrent ce qui est scindé et ce qui est réparti dans des coffres-forts. Sous le poids des blocs de ciment qui protègent les coffres et leur précieux contenu, sous des boîtes de conserve rouillées, des bouts de nylon, des mégots de cigarettes et des rochers brisés par l'inclémence du désert qui s'étend ; sous les os pulvérisés des morts, notre mère la Terre, supplie tel un mendiant :
— De l'eau, s'il vous plaît.

OK. Elena ?

Elena a dit…

OK.