vendredi 25 mars 2016

Projet Aurélie O 12 – phrases 109-119

Con mi boca le pongo la galletica en los labios. Ella fascinada ante el olor, devora la galletica, juguetona; mientras me acaricia el sexo con la otra mano. La señora manoseando mi miembro viril, se inclina para besarlo. Su boca era bastante pequeña para mi bulto enorme. Vuelve a coger otra galletica y me la introduce dentro. Comienzo a chuparla mojando sus dedos. Los míos abren sus piernas, explorándola y descubriendo la humedad que le resbalaba por los muslos. Sus ojos chispeantes me imploran entre dientes.
—Por favor dámela ya…...
Nunca imaginé que un simple paquete de galletas desencadenaría tanto mi apetito. Mis manos entraban en su sexo, entre galleta y galleta, e insistían allí…, justo ahí, arañando, raspando, empujando, hasta que se mezclaron con un líquido espeso y gelatinoso que goteaba incesantemente.

Traduction temporaire :

Avec ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée par l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps, elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et se penche pour l’embrasser.
Sa bouche était plutôt petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me l’introduit dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plaît, donne-le moi, allez…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, entre deux biscuits et s'appesantissaient là…, juste là, griffant, éraflant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait incessamment.

6 commentaires:

Aurélie Oudart a dit…

À l’aide de ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée face à l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps qu’elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et s’incline pour l’embrasser.
Sa bouche était assez petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me le met dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plait, donne-le moi maintenant…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, suppléé par les biscuits et insistaient là..., juste là, griffant, arrachant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait sans cesse.

Tradabordo a dit…

À l’aide de [« Avec » ?] ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée face à [« par » ?] l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps qu’[avec une simple virgule]elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et s’incline [« se penche » ?] pour l’embrasser.
Sa bouche était assez [« plutôt » ?] petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me le met [littéral ?] dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plait [« plaît »], donne-le moi [virgule] maintenant [ou : « , allez » ?]…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, suppléé [?] par les biscuits et insistaient [mal dit] là... [raccourci clavier des points de suspension], juste là, griffant, arrachant [sûre ?], poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait sans cesse [bof].

Aurélie Oudart a dit…

Avec ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée par l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps, elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et se penche pour l’embrasser.
Sa bouche était plutôt petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me l’introduit dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plaît, donne-le moi, allez…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, entre deux biscuits et persistaient là…, juste là, griffant, éraflant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait incessamment.

Tradabordo a dit…

Avec ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée par l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps, elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et se penche pour l’embrasser.
Sa bouche était plutôt petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me l’introduit dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plaît, donne-le moi, allez…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, entre deux biscuits et persistaient [« s'appesantissaient »] là…, juste là, griffant, éraflant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait incessamment.

Aurélie Oudart a dit…

Avec ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée par l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps, elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et se penche pour l’embrasser.
Sa bouche était plutôt petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me l’introduit dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plaît, donne-le moi, allez…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, entre deux biscuits et s'appesantissaient là…, juste là, griffant, éraflant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait incessamment.

Tradabordo a dit…

Avec ma bouche, je lui mets un biscuit entre les lèvres. Elle est fascinée par l’odeur, elle dévore le biscuit, joueuse : en même temps, elle me caresse le sexe de l’autre main. La femme tripote mon membre viril et se penche pour l’embrasser.
Sa bouche était plutôt petite pour mon énormité. Elle reprend un biscuit et me l’introduit dans la bouche. Je commence à le lécher, mouillant ses doigts. Les miens écartent ses jambes, l’explorant et découvrant l’humidité qui glisse le long de ses cuisses. Ses yeux pétillants m’implorent entre ses dents.
— S’il te plaît, donne-le moi, allez…
Jamais, je n’aurais imaginé qu’un simple paquet de biscuit m’ouvrirait autant l’appétit. Mes mains entraient à l’intérieur de son sexe, entre deux biscuits et s'appesantissaient là…, juste là, griffant, éraflant, poussant, jusqu’à ce qu’elles se mélangent à un liquide épais et gélatineux qui gouttait incessamment.

OK.