lundi 1 février 2016

Projet Camille / Angélique – phrases 35-43

Ya no tuvo esperanzas de una vida sobrenatural. No, no había ningún misterio. Y empezó a descender, escalón por escalón, con gran pesadumbre. Se paró en el rellano. Acababa de advertir que, muerto y todo, había seguido creyendo que se movía como si tuviera piernas y brazos. ¡Eligió como perspectiva la altura donde antes llevaba sus ojos físicos! Puro hábito. Quiso probar entonces las nuevas ventajas y se echó a volar por las curvas del aire. Lo único que no pudo hacer fue traspasar los cuerpos sólidos, tan opacos, las insobornables como siempre.

Traduction temporaire :
Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle il voyait avant, lorsqu'il avait des yeux ! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

27 commentaires:

Camille a dit…

Il n'eut déjà aucuns espoirs quant à une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche par marche, avec beaucoup de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il finissait par constater que, bien mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Il choisit comme perspective la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il n'eut déjà [FS] aucuns [grammaire] espoirs [grammaire] quant à [mal dit] une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche par [mal dit] marche, avec beaucoup de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il finissait [FS] par constater que,

Pas mal d'erreurs ; donc, faisons déjà cela.

bien mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Il choisit comme perspective la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Angélique Gambiny a dit…

Il n'eut plus aucun espoir d'une vie surnaturelle [si je dis : "Il n'espéra plus une vie surnaturelle, est-ce que je change trop ?]. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, avec beaucoup de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que,

Pas mal d'erreurs ; donc, faisons déjà cela.

bien mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Il choisit comme perspective la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il n'eut plus aucun espoir d'une vie surnaturelle [si je dis : "Il n'espéra plus une vie surnaturelle, est-ce que je change trop ? // oui, mais l'autre solution n'est pas géniale… Pourquoi ne pas passer par quelque chose comme : « Il perdit l'espoir……… » ? Essayez et voyez si c'est viable]. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, avec beaucoup de chagrin [on dit qu'on est AVEC beaucoup de chagrin ?]. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que, bien mort, [peu clair] il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Il choisit comme perspective [en mettant ça au début ?] la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Camille a dit…

Il perdit tout espoir d'une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, en ayant beaucoup de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que, totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Comme perspective, Il choisit la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir d'[ça va… mais je me demande s'il ne faut pas une cheville ici = un verbe. Votre avis ?]une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, en ayant beaucoup [un petit changement pour la bonne cause : « accablé » ?] de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que, totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Comme [ennuyeux ces deux « comme » presque juste à côté. Trouvez une solution ;-)] perspective, Il choisit la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Angélique Gambiny a dit…

Il perdit tout espoir de vivre [ok pour la cheville verbe] une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que, totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. En guise de perspective, Il choisit la hauteur, sur lesquelles, avant, il levait ces yeux physiciens ! Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de vivre [vivre + « vie » ; pas génial, quand même… « avoir » / « mener » ? Sinon regardez dans le dico des synonymes] une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que, [et si on supprimait cette virgule ?] totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. En guise de [et avec un simple « Pour »] perspective, Il choisit la hauteur, sur lesquelles [?????], avant, il levait ces yeux physiciens [CS] !


Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Dico des synonymes – utilisez celui-ci :
http://www.crisco.unicaen.fr/des/
À mettre dans vos favoris.

Camille a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait ces yeux charnels !


Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait ces yeux charnels [c'est joli, mais CS :-) Évidemment, ça fait référence à l'époque où il était vivant] !


Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Angélique Gambiny a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait ses yeux d'homme vivant [je bloque] !


Pure habitude. Il voulu alors tenter les nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de traverser les corps solides, si opaque, les incorruptibles comme toujours.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait ses yeux d'homme vivant [je bloque] [un truc genre : « il avait ses vrais yeux » ?] !

Puro hábito. Quiso probar entonces las nuevas ventajas y se echó a volar por las curvas del aire. Lo único que no pudo hacer fue traspasar los cuerpos sólidos, tan opacos, las insobornables como siempre.

Pure habitude. Il voulu alors tenter [FS] les nouveaux avantages [tout seul, c'est un peu bizarre, non ? En tout cas peu clair…], et se mit à voler dans [« sur » ? Comme vous préférez] les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut de [nécessaire ?] traverser les corps solides, si opaque [grammaire], les incorruptibles comme toujours [peu clair].

Camille a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait [ou posait ?] ses vrais yeux !

Pure habitude. Alors, il voulu goûter à ces nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaque, comme toujours inaltérables.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il levait [ou posait ? Non, en fait, l'idée c'est qu'il va regarder depuis là où il avait ses yeux avant…] ses vrais yeux ! Pure habitude. Alors, il voulu [grammaire] goûter [non, c'est vraiment « essayer »… simplement, il faut expliciter un peu pourquoi de « nouveaux » avantages ; sinon, on ne comprend pas qu'il regarde ce que ça donne d'être mort] à ces nouveaux avantages, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaque [grammaire], comme toujours inaltérables.

Pour le petit bout de la fin, je vais quand même demander un petit éclaircissement à Elena, l'une des hispanophones du groupe.

Elena a dit…

Bonjour,
Je pense qu'il faut traduire "insobornables" plus près de la V.O., sinon, vous risquez un CS.

Tradabordo a dit…

Le doute que j'ai porte surtout sur le « las » – ça va avec quoi ?

Elena a dit…

Je pense qu'il y a une coquille dans ce texte : "las" est en réalité "los" ("cuerpos"), mais pour contourner le problème, vous pouvez le traduire comme ceci :
La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, toujours aussi incorruptibles.

Tradabordo a dit…

Ah ! Oui, c'était le plus logique. Merci, Elena !

Angélique ? Camille ? Ça vous aide ?

Angélique Gambiny a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il voyait par ses vrais yeux (on bloque beaucoup)! Pure habitude. Alors, il voulut essayer ces nouveaux avantages mortifères (funèbres ?), et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, comme toujours inaltérables.

Angélique Gambiny a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où avant, il voyait par ses vrais yeux (on bloque vraiment beaucoup) ! Pure habitude. Alors, il voulut essayer ses nouveaux avantages mortifères (funèbres ?), et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, comme toujours incorruptibles.

Désolée pour le deuxième commentaire, j'avais oublié de prendre en compte l'aide d'Elena, et merci bien d'ailleurs.

Tradabordo a dit…

Ah, enfin quelqu'un qui n'oublie pas de remercier, Elena ! Je pense qu'elle appréciera.

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. Il venait [je me demande si on ne devrait pas davantage souligner le lien de cause à effet entre cette phrase et celle d'avant… Deux solutions : les relier avec une virgule ou laisser comme ça, mais en ajoutant un « en effet » ou quelque chose comme ça… Essayez et voyez ce que ça donne] de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur, là où [« la hauteur depuis laquelle, »] avant, il voyait par ses vrais [je pense qu'avec la construction que je vous propose + ici juste un verbe « avoir », ça devrait être à peu près bon… Voyons ça…] yeux (on bloque vraiment beaucoup) ! Pure habitude. Alors, il voulut essayer [« tester ce que donnait »] ses nouveaux avantages [avec « capacités » ? Je sais, ça fait un peu superhéros de série, mais au moins, c'est clair…] mortifères (funèbres ?), et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, comme toujours [bof] incorruptibles.

Camille a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle, avant, il voyait par ses vrais yeux [ j'ai pas compris comment associer le verbe "avoir" avec "ses vrais yeux" ]! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités funèbres, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.
[J'en profite pour moi aussi remercier Elena pour son aide]

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle, avant, il voyait par ses vrais yeux [ j'ai pas compris comment associer le verbe "avoir" avec "ses vrais yeux" ] [« la hauteur depuis laquelle il avait ses yeux, avant » ; pas sûre de la syntaxe… Essayez d'autres solutions et retenez celle qui vous semble la plus naturelle. Là, on est face au genre de cas où on est obligés de reformuler]! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités funèbres [pas besoin de l'adjectif… c'est assez clair sans], et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

Angélique Gambiny a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle il voyait avant, lorsqu'il avait ses yeux [ça passe ?]! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

Tradabordo a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle il voyait avant, lorsqu'il avait ses [« des » ?] yeux ! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

Un dernier petit point avec ce « des »… et je crois qu'on aura un résultat satisfaisant. Pas commode, cette fichue phrase, hein ? ;-) Il y en a, comme ça, qui nous prennent un temps infini. Imaginez un peu quand on traduit un bouquin de 200 à 300 pages………………

Camille a dit…

Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle il voyait avant, lorsqu'il avait des yeux ! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

[ Je vous avoue qu'avec Angélique on commençait à devenir folle avec cette phrase ! ]

Tradabordo a dit…

C'est le métier qui rentre !


Il perdit tout espoir de mener une vie surnaturelle. Non, il n'y avait aucun mystère. Et il commença à descendre, marche après marche, accablé de chagrin. Il s'arrêta sur le palier. En effet, il venait de constater que totalement mort, il avait continué de croire qu'il se mouvait comme s'il avait des jambes et des bras. Pour perspective, il choisit la hauteur depuis laquelle il voyait avant, lorsqu'il avait des yeux ! Pure habitude. Alors, il voulut tester ce que donnait ses nouvelles capacités, et se mit à voler dans les courbes de l'air. La seule chose qu'il ne put faire fut traverser les corps solides, tellement opaques, depuis toujours incorruptibles.

OK.