lundi 7 mars 2016

Projet Sarah S – titre + phrases 1-7

Cristian Godoy (Argentine)

Soluciones inmediatas

El taxista se preguntaba por qué la vieja, si apenas le quedaban dos plumas locas, rociaba su cabeza con ese veneno. Odiaba tener que apagar el cartelito que decía “libre” y convertirse en esclavo de sus pasajeros. El trayecto hasta las oficinas era corto. La señora Lidia le pidió que condujera más despacio porque a la primera frenada o loma de burro, el paquete podía saltar por los aires. Se la notaba hecha un manojo de nervios, el cinturón de seguridad parecía estar oprimiéndola hasta quitarle el aire. El taxista murmuró algo entre dientes. Redujo la velocidad y puso más alto el volumen del estéreo.

Traduction temporaire :


Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux poils sur le caillou, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, son paquet pouvait voler dans les airs. Il voyait bien qu'elle n'était plus qu'une boule de nerfs. Sa ceinture de sécurité semblait la serrer, au point de lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

6 commentaires:

Sarah Sodki a dit…

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux plumes folles, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, le paquet pouvait voler dans les airs. Il remarquait qu'elle était devenue une boule de nerfs, la ceinture de sécurité semblait l'opprimer jusqu'à lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

Tradabordo a dit…

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux plumes folles [pas l'idée de « deux poils sur la caillou » ? Vérifiez…], s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, le [possessif ?] paquet pouvait voler dans les airs. Il remarquait qu'elle était devenue une [ce petit début n'est pas très naturel ; peut-être à cause de « remarquer »… Voyez si vous avez mieux en stock] boule de nerfs, la ceinture de sécurité semblait l'opprimer [mal dit ; n'oubliez pas de vous demander comment vous, vous diriez dans le même contexte] [virgule] jusqu'à [ou : « au point de » ? Comme vous préférez] lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

Sarah Sodki a dit…

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux poils sur le caillou, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, son paquet pouvait voler dans les airs. Il constata [impératif de garder l'imparfait ?] qu'elle n'était plus qu'une boule de nerfs, la ceinture de sécurité semblait la serrer, au point de lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

Tradabordo a dit…

Alors comme ça, vous brandissez votre « chispa » devant les copines, hein ? ;-)

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux poils sur le caillou, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, son paquet pouvait voler dans les airs. Il constata [impératif de garder l'imparfait ? OUI ! « Il voyait bien » // « Il se rendait bien compte » ou quelque chose] qu'elle n'était plus qu'une boule de nerfs, [point ?] la [possessif ?] ceinture de sécurité semblait la serrer, au point de lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

Sarah Sodki a dit…

Haha, j'ai eu le malheur d'en parler à Angélique, commère professionnelle... :-)

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux poils sur le caillou, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, son paquet pouvait voler dans les airs. Il voyait bien qu'elle n'était plus qu'une boule de nerfs. Sa ceinture de sécurité semblait la serrer, au point de lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

Tradabordo a dit…

Cristian Godoy (Argentine)

Solutions immédiates

Le chauffeur de taxi se demandait pourquoi la vieille dame, à qui il restait à peine deux poils sur le caillou, s'aspergeait la tête de ce poison. Il détestait devoir éteindre la borne qui affichait "libre" et se transformer en esclave de ses passagers. Le trajet jusqu'aux bureaux était court. Madame Lidia le pria de conduire plus lentement parce qu'au premier freinage ou dos d'âne, son paquet pouvait voler dans les airs. Il voyait bien qu'elle n'était plus qu'une boule de nerfs. Sa ceinture de sécurité semblait la serrer, au point de lui couper la respiration. Le conducteur murmura quelque chose entre ses dents. Il réduisit sa vitesse et monta le son de la radio.

OK.