samedi 19 mars 2016

Projet Hadjer – phrases 54-64

David pidió a Ramírez entregarle el manuscrito de la novela de su hijo. Ramírez le dio un total de diez hojas, se trataba del primer capítulo de la novela sin nombre del aspirante a escritor de misterio.
—Necesito media hora para analizar el texto, dijo David, solicitando a Ramírez abandonar su despacho.
Pasada media hora, David pidió a Ramírez entrar y ocupar nuevamente el diván.
—¿Descubrió algo, señor Trepaud? preguntó Ramírez intranquilo. Sus ojos eran saltones y curiosos.
—¡Nada mal! señaló David. Está visto que su hijo tenía mucho potencial.
—¡Tenía! mencionó Ramírez consternado. O sea que lo da por muerto. ¿Ha sido el marica de Guayaquil, el tal Querido Tartaja, quien lo ha matado?

Traduction temporaire :

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, le premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers.
— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, priant Ramírez de quitter son bureau.
Une demi-heure après, David invita Ramírez à entrer et à se rasseoir sur le divan.
— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez, mal à l'aise. Ses yeux étaient globuleux et curieux.
— Rien de mal ! J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.
— Avait ! s'exclama Ramírez, consterné. Cela signifie que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

6 commentaires:

Hadjer Bouzid a dit…

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, qui s’agissaient du premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers.
— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, demandant à Ramírez de quitter son bureau.

Une demi-heure après, David demanda à Ramírez d’entrer et de s’asseoir à nouveau sur le divan.

— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez mal-à-l’aise. Ses yeux étaient globuleux et il avait l’air curieux.
— Rien de mal ! signala David. J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.

— Il avait ! mentionna Ramírez, consterné. Cela veut dire que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

Tradabordo a dit…

Ne sautez pas des lignes entre les phrases.

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, qui s’agissaient [incorrect + de toute façon, pas nécessaire / supprimez] du [« le »] premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers [vous avez vérifié que c'est la bonne désignation / étiquette en français ?].
— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, demandant [vous l'avez déjà dans la première phrase] à Ramírez de quitter son bureau.
Une demi-heure après, David demanda [X3] à Ramírez d’entrer et de s’asseoir à nouveau [« rasseoir »] sur le divan.
— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez [virgule] mal-à-l’aise [tirets ?]. Ses yeux étaient globuleux et il avait l’air [pourquoi cet ajout ?] curieux.
— Rien de mal ! signala David [supprimez ; on sait qui parle]. J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.
— Il [nécessaire ?] avait ! mentionna [mal dit] Ramírez, consterné. Cela veut dire que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

Hadjer Bouzid a dit…

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, le premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers [j'ai cherché une référence en français mais tout ce qu'on me donne c'est ça...]

— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, priant Ramírez de quitter son bureau.
Une demi-heure après, David invita Ramírez à entrer et à se rasseoir sur le divan.

— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez, mal à l'aise. Ses yeux étaient globuleux et curieux.

— Rien de mal ! J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.

— Avait ! s'exclama Ramírez, consterné. Cela veut dire que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

Tradabordo a dit…

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, le premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers.

— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, priant Ramírez de quitter son bureau.

Une demi-heure après, David invita Ramírez à entrer et à se rasseoir sur le divan.

— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez, mal à l'aise. Ses yeux étaient globuleux et curieux.

— Rien de mal ! J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.

— Avait ! s'exclama Ramírez, consterné. Cela veut dire [« signifie » ; car vous avez déjà « dire » un peu plus haut] que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

Hadjer Bouzid a dit…

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, le premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers.

— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, priant Ramírez de quitter son bureau.

Une demi-heure après, David invita Ramírez à entrer et à se rasseoir sur le divan.

— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez, mal à l'aise. Ses yeux étaient globuleux et curieux.

— Rien de mal ! J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.

— Avait ! s'exclama Ramírez, consterné. Cela signifie que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

Tradabordo a dit…

David demanda à Ramírez de lui remettre le manuscrit du roman de son fils. Ramírez lui remit un total de dix feuilles, le premier chapitre du roman anonyme de l'aspirant écrivain de romans policiers.

— J’ai besoin d’une demi-heure pour analyser le texte, dit David, priant Ramírez de quitter son bureau.

Une demi-heure après, David invita Ramírez à entrer et à se rasseoir sur le divan.

— Vous avez découvert quelque chose, monsieur Trepaud ? interrogea Ramírez, mal à l'aise. Ses yeux étaient globuleux et curieux.

— Rien de mal ! J’ai constaté que votre fils avait beaucoup de potentiel.

— Avait ! s'exclama Ramírez, consterné. Cela signifie que vous le pensez mort. Est-ce la pédale de Guyaquil, le dénommé Cher Bredouilleur qui l’a tué ?

OK.