dimanche 6 mars 2016

Projet Camille / Angélique – phrases 7-14

Van a llevarme allí, no sé si Laurita vendrá conmigo, pero a mí seguro que me llevan. Tú tienes la culpa, le digo muy enfadada, girándome desde la puerta. Mi hermana gemela, Laurita, sonríe, sentada sobre la cama y encoge los hombros. Está acostumbrada a librarse de todos los castigos; pese a que yo solo hago lo que ella me ordena, siempre se libra.
Me cortarán el pelo al cero en ese asqueroso colegio para niñas malas, me pondrán un vestido de arpillera, me encerrarán en un cuarto lleno de ratones y cucarachas y solo beberé el agua de lluvia que pueda recoger en la palma de la mano, a través de los barrotes de un ventanuco. Les he dicho la verdad y no me han creído. Tengo miedo. Ahora lloro bajito, hihihi, como nuestro cocker Jasper, tumbado a la sombra de su sauce favorito cuando me acerqué a él con el trofeo de papá en la mano.

Traduction temporaire :

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que j'exécute seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, ouin-ouin, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je me suis approchée de lui, le trophée de papa à la main.

12 commentaires:

Camille a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre qu'ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je très fâchée, en me retournant depuis la porte. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude de se libérer de toutes les punitions ; malgré que je fasse seulement tout ce qu'elle m'ordonne, elle se libère toujours.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école répugnante pour mauvaises filles, ils me feront porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre remplie de souris et de cafards et je boirai seulement de l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. Je leur ai dit la vérité et ils ne m'ont pas cru. J'ai peur. Maintenant je pleure tout bas, hihihi, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori quand je me rapprochai de lui avec le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre qu'[« que moi, » ?]ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je [virgule] très fâchée, en me retournant depuis la porte. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude de se libérer [mal dit ; attention à la trad littérale… Parfois, ça ne va pas / il faut arriver à garder assez de recul pour savoir quand et jusqu'à quel point s'en dégager] de toutes les punitions ; malgré que [populaire… à supprimer de votre voc de traduction] je fasse seulement tout [vous en avez un juste avant] ce qu'elle m'ordonne, elle se libère [idem] toujours.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école répugnante pour mauvaises filles, ils me feront [vous en avons déjà un avant] porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre remplie [« pleine » ?] de souris et de cafards et je boirai seulement de [nécessaire ?] l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. Je leur ai dit la vérité et ils ne m'ont pas cru [ou en introduisant « avoir beau » ? Voyez si c'est bien, sinon, laissez tomber]. J'ai peur. Maintenant [virgule parce que vous ne commencez pas par le sujet] je pleure tout [X3] bas, hihihi, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori [virgule] quand je me r[nécessaire]approchai de lui avec [avec une simple virgule ?] le trophée de papa à la main.

Angélique Gambiny a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant depuis la porte. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper à l'intégral [c'est pour mettre "tout" plus bas] des punitions ; bien que je fasse seulement la totalité de ce qu'elle m'ordonne, elle y échappe toujours.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école répugnante pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hihihi, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi [virgule] ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant depuis la porte [bizarre ça, quand même ; « sur le seuil » ?]. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper à l'intégral [c'est pour mettre "tout" plus bas /// non, passez plutôt par un adverbe, quelque chose du genre « systématiquement »] des punitions ; bien que je fasse seulement la totalité de ce qu'elle m'ordonne, elle [avec l'ajout d'un « débrouille »] y échappe toujours.

En fait la fin manque de naturel… Quand on constate ça, il faut prendre la phrase un peu plus vigoureusement en mains… tout en s'efforçant de ne pas trahir le sens.

Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école répugnante [naturel ? « Pourrie » ?] pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hihihi [onomatopée pour les pleurs, au fait ?], comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Camille a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi [virgule] ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude de s'échapper systématiquement des punitions ; bien que je fasse seulement la totalité de ce qu'elle m'ordonne, elle se débrouille toujours.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hiiii-hiiiii, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi [virgule / ET MA VIRGULE ? QUE FAUT-IL FAIRE POUR AVOIR CETTE VIRGULE, CETTE MISÉRABLE VIRGULE ? :-)] ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude de s'échapper [« d'échapper »] systématiquement des punitions ; bien que je fasse seulement la totalité de ce qu'elle m'ordonne [ce petit bout de phrase n'est pas très clair, ainsi formulé ; que faut-il comprendre ? Quelle est l'idée ?], elle se débrouille toujours [il faut quand même compléter ; sinon, on ne comprend pas…].
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hiiii-hiiiii, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Angélique Gambiny a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, [virgule / ET MA VIRGULE ? QUE FAUT-IL FAIRE POUR AVOIR CETTE VIRGULE, CETTE MISÉRABLE VIRGULE ? :-)// Il faut qu'on ait la chispa ! Aha] ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que je fasse seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hiiii-hiiiii [c'est pas ouin-ouin ? Personne ne fait hiiii hiii en pleurant], comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Pour la chispa, on verra. Mais ne voyez pas jalouse… vous aussi, vous avez deux ou trois qualités :-)

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que je fasse seulement [l'idée, c'est qu'elle, elle se contente de faire ce que l'autre lui demande de faire… et c'est elle qui prend] la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, hiiii-hiiiii [c'est pas ouin-ouin ? Personne ne fait hiiii hiii en pleurant /// je vous laisse apprécier en fonction de votre propre expérience… ; il n'en reste pas moins que ouin-ouin me fait vraiment trop pensé au palmipède], comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Camille a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que j'exécute seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, ouin-ouin, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Bon, OK pour « ouin-ouin » ; peut-être retrouverez-vous vos esprits pendant la relecture :-)))))

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que j'exécute seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, ouin-ouin, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je m'approchai de lui, le trophée de papa à la main.

Camille a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que j'exécute seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, ouin-ouin, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je me suis approchée de lui, le trophée de papa à la main.

Tradabordo a dit…

Ils vont m'emmener là-bas, je ne sais pas si Laurita viendra avec moi, mais je suis sûre que moi, ils vont m'emmener. C'est de ta faute, lui dis-je, très fâchée, en me retournant sur le seuil. Ma sœur jumelle, Laurita, sourit, assise sur le lit et hausse les épaules. Elle a l'habitude d'échapper systématiquement aux punitions ; bien que j'exécute seulement la totalité de ce qu'elle me force à faire, elle se débrouille toujours pour y échapper.
Ils vont me faire la boule à zéro dans cette école pourrie pour mauvaises filles, ils m'obligeront à porter un uniforme en toile de jute, ils m'enfermeront dans une chambre pleine de souris et de cafards et je boirai seulement l'eau de pluie que je pourrai recueillir dans la paume de ma main, à travers les barreaux d'une petite fenêtre. J'ai beau leur dire la vérité, ils ne me croient pas. J'ai peur. Maintenant, je pleure tout bas, ouin-ouin, comme notre cocker Jasper, couché à l'ombre de son saule favori, quand je me suis approchée de lui, le trophée de papa à la main.

Je fais le changement.