lundi 14 mars 2016

Projet Medea / Iris – phrases 116-124

De la negrura sin límites, abierta bajo sus pies, una esfera de oro en fusión surge rauda hacia el espacio. A través de sus cerrados párpados entrevé la fulgurante aureola y lanza por encima de ella la malla maravillosa. Como una antorcha que se hunde en el agua, de súbito se apagó el resplandor. Las estrellas se encendieron de nuevo y las sombras fugitivas y dispersas volvieron sobre sus pasos y ocultaron otra vez la Tierra.
Después de atravesar las salas sumidas en las tinieblas, el rey se detuvo en la más alta torre del palacio. El alcázar estaba desierto y debía de haber sido teatro de alguna tremenda lucha, porque todo él estaba sembrado de cadáveres. Los había en todas partes, en los jardines, en las habitaciones, en las escaleras y en los sótanos. La desaparición del rey había encendido la guerra civil y gran número de pretendientes se habían disputado la abandonada diadema. Mas, la pavorosa ausencia del sol había bruscamente interrumpido la matanza.

Traduction temporaire :
De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère dorée en fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus sa trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit telle une torche s'enfonçant dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent de nouveau, et les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas, cachant la Terre encore une fois. Après avoir parcouru les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la plus haute tour du palais. L'alcazar était désert et il avait dû être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement parsemé de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et un grand nombre de prétendants s'étaient disputés sa couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

7 commentaires:

Medea a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère en or en fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus d'elle la trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit comme une torche qui s'enfonce dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent à nouveau et, les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas et cachèrent la Terre encore une fois.
Après avoir traverser les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la plus haute tour du palace. L'alcazar était désert et il avait du être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement couvert de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et, un grand nombre de prétendants s'étaient disputés la couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

Tradabordo a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère en or en [embêtant les deux « en »] fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus d'elle [nécessaire ?] la [possessif ?] trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit comme [« telle » ?] une torche qui s'enfonce [« s'enfonçant » ?] dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent à [« de »] nouveau et, [mettez la virgule avant le « et »] les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas et [ça trois « et » dans cette seule phrase ; pas génial… Voyez si vous avez une solution] cachèrent la Terre encore une fois.
Après avoir traverser [vous avez « à travers » avant… Je sais, je sais, j'exagère… mais voyez ce qu'on peut faire ;-)] les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la plus haute tour du palace [mal dit ici]. L'alcazar était désert et il avait du [grammaire – accent] être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement couvert [texte] de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et, [pas de virgule après « et »] un grand nombre de prétendants s'étaient disputés la [possessif ? J'hésite] couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

C'est vraiment de mieux en mieux !!!!!

Medea a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère doré en fusion [Sinon on peut dire "une sphère en or porté à fusion". J'ai cherché, ça se dit mais je suis pas sûre que ça ait la même signification]. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus sa trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit telle une torche s'enfonçant dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent de nouveau, et les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas cachant la Terre encore une fois.
Après avoir parcouru les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la la tour la plus haute du palace [je suis pas certaine que ça change grand chose]. L'alcazar était désert et il avait dû être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement parsemé de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et un grand nombre de prétendants s'étaient disputés sa couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

Tradabordo a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère doré [grammaire] en fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus sa trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit telle une torche s'enfonçant dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent de nouveau, et les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas, cachant la Terre encore une fois.
Après avoir parcouru les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la la tour la plus haute du palace [je suis pas certaine que ça change grand chose /// « palais »]. L'alcazar était désert et il avait dû être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement parsemé de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et un grand nombre de prétendants s'étaient disputés sa couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

Medea a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère dorée en fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus sa trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit telle une torche s'enfonçant dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent de nouveau, et les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas, cachant la Terre encore une fois.
Après avoir parcouru les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la plus haute tour du palais. L'alcazar était désert et il avait dû être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement parsemé de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et un grand nombre de prétendants s'étaient disputés sa couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

Tradabordo a dit…

De la noirceur sans limite, ouverte sous ses pieds, surgit rapidement vers l'espace une sphère dorée en fusion. À travers ses paupières fermées, il entrevoit la fulgurante auréole et lance au-dessus sa trame merveilleuse. Subitement, la lueur s'éteignit telle une torche s'enfonçant dans l'eau. Les étoiles s'allumèrent de nouveau, et les ombres fugitives et dispersées revinrent sur leurs pas, cachant la Terre encore une fois.
Après avoir parcouru les salles plongées dans les ténèbres, le roi s'arrêta dans la plus haute tour du palais. L'alcazar était désert et il avait dû être le théâtre d'une terrible lutte, car il était entièrement parsemé de cadavres. Il y en avait partout, dans les jardins, dans les chambres, dans les escaliers et dans les sous-sols. La disparition du roi avait provoqué une guerre civile et un grand nombre de prétendants s'étaient disputés sa couronne abandonnée. Néanmoins, l'épouvantable absence du soleil avait brusquement interrompu la tuerie.

OK.

Iris ?

Je ne peux pas vous mettre la suite parce que je ne suis pas sur mon ordinateur. Si ça n'et pas fait demain matin, envoyez-moi un mail.

Iris Rodriguez a dit…

Ok