jeudi 10 mars 2016

Projet Camille / Angélique – phrases 20-24

Después lo vi patalear brevemente en la superficie, tratando de mantenerse a flote, pero enseguida le fallaron las fuerzas y se fue al fondo. Al mirarlo allí abajo, tan quieto, pensé que ya no daba tanta pena, porque en realidad no parecía un perrito, sino más bien la sombra de una araña negra y muy gorda. Al cabo de una hora Laurita y yo estábamos tumbadas tan tranquilas sobre mi cama, leyendo a medias un libro de Los Cinco que nos gusta mucho, cuando escuchamos el alarido de mi madre en el jardín.
La verdad es que últimamente Laurita está muy pesada, pero mi padre no cree una palabra de lo que digo, y mamá se echa a llorar cuando acuso a Laurita de obligarme a hacer cosas. Claro, ellos no tienen que aguantar el juego de la muertita, de lo contrario, también harían todo lo que ella les pidiera.

Traduction temporaire :
Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé que je ne ressentais plus tant de peine, parce que là, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi étions bien tranquillement étendues dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin. La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui raconte, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à endurer le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

10 commentaires:

Camille a dit…

Après, je l'ai vu barboter brièvement à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais il a perdu ses forces immédiatement et il est parti au fond. Tout en le regardant ici-bas, si immobile, j'ai pensé que je ne regrettais toujours pas, parce qu'en fait, on n'aurait pas dit un petit chien, mais plutôt l'ombre d'une araignée noire et très grosse. Au bout d'une heure, Laurita et moi sommes tombées à la renverse si sereines dans mon lit, lisant à moitié un livre du Club des Cinq que nous aimons tant, quand on écoute le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dit, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter le jeu de la petite mort, au contraire, eux aussi feraient tout ce qu'elle leur demande.

Tradabordo a dit…

Après, je l'ai vu barboter brièvement [ou l'adverbe placé avant ? Essayez et voyez ce qui est mieux] à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais il a perdu [ça ne se dit pas « les forces lui ont manqué » ?] ses forces immédiatement et il est parti [« coulé » ?] au fond. Tout en le regardant ici-bas [?], si immobile, j'ai pensé que je ne regrettais toujours pas [CS pour le petit fragment], parce qu'en fait, on n'aurait pas dit un petit chien, mais plutôt [redondant] l'ombre d'une araignée noire et très grosse. Au bout d'une heure, Laurita et moi sommes tombées à la renverse [CS] si [mal dit ici] sereines [j'hésite… mais on verra quand le gros du ménage aura été fait autour] dans mon lit, lisant [pas avec du gérondif] à moitié un livre du Club des Cinq [virgule] que nous aimons tant [texte], quand on écoute [temps] le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité [VIRGULE DEVANT C'EST] c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dit [grammaire], et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter le jeu de la petite mort [« morte » ? J'hésite], au contraire [CS], eux aussi feraient tout ce qu'elle leur demande [temps].

Angélique Gambiny a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant en-bas, si immobile, j'ai pensé qu'il ne me faisait plus pitié, parce qu'en fait, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une araignée noire et très grosse ["d'une très grosse araignée noire" ?]. Au bout d'une heure, Laurita et moi nous sommes allongées tellement sereines dans mon lit, à lire à moitié un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dis, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter le jeu de la petite morte, sinon, eux aussi feraient tout ce qu'elle leur demanderait.

Tradabordo a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant [virgule] en-bas [le tiret ?], si immobile, j'ai pensé qu'il ne me faisait plus [n'oubliez pas le « tanta »] pitié, parce qu'en fait [vous venez de mettre « faisait », juste avant…], on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une araignée noire et très grosse ["d'une très grosse araignée noire" ? OK]. Au bout d'une heure, Laurita et moi nous sommes allongées [texte] tellement sereines [« bien tranquilles »] dans mon lit, à lire à moitié [je comprends pas ; ça veut dire quoi « lire à moitié » ?] un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dis, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire [vous en avez un autre avant… Voyez lequel vous pouvez supprimer – à mon avis, plutôt le premier] des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter le jeu de la petite morte, sinon, eux [vous en avez déjà au début de la phrase ; pas besoin de répéter] aussi feraient [X4] tout ce qu'elle leur demanderait.

Camille a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé qu'il ne me donnait plus tant de peine, parce qu'en vrai, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi nous sommes étourdies bien tranquilles dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dis, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

Tradabordo a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé qu'il ne me donnait plus tant de peine [« donner de la peine » veut dire autre chose], parce qu'en vrai [« en fin de compte » ?], on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi nous sommes étourdies bien tranquilles [« nous étions bien tranquillement + adjectif »] dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui dis [vous avez un « dit » juste au-dessus ; essayez de régler le problème], et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à supporter [« endurer » ? Comme vous voulez…] le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

Angélique Gambiny a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé que je je ressentais plus de peine, parce qu'en fin de compte, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi étions bien tranquillement étourdies dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui raconte, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à endurer le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

Tradabordo a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé que je je ressentais plus [n'oubliez pas le « tanta »] de peine, parce qu'en fin de compte [« parce que là » ?], on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi étions bien tranquillement étourdies [« étendues »] dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui raconte, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à endurer le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

Camille a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé que je ne ressentais plus tant de peine, parce que là, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi étions bien tranquillement étendues dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui raconte, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à endurer le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

Tradabordo a dit…

Après, je l'ai brièvement vu barboter à la surface, essayant de se maintenir à flot, mais ses forces lui ont immédiatement manquées et il a coulé au fond. Tout en le regardant, en bas, si immobile, j'ai pensé que je ne ressentais plus tant de peine, parce que là, on n'aurait pas dit un petit chien, mais l'ombre d'une très grosse araignée noire. Au bout d'une heure, Laurita et moi étions bien tranquillement étendues dans mon lit, à survoler un livre du Club des Cinq, que nous aimons beaucoup, quand on a entendu le hurlement de ma mère dans le jardin.
La vérité, c'est que, dernièrement, Laurita est très casse-pied, mais mon père ne croit pas un mot de ce que je lui raconte, et maman se met à pleurer quand j'accuse Laurita de m'obliger à faire des choses. Bien sûr, eux, ils n'ont pas à endurer le jeu de la petite morte, sinon, ils exécuteraient aussi tout ce qu'elle leur demanderait.

OK.