dimanche 6 mars 2016

Projet Maxime / Justine / Cécilia – phrases 54-57


Cómo trasmitirles la alegría con la que empecé el jardín de infantes, con qué paciencia de artesano molía el vidrio que introducía en el cacao de mis compañeros para verlos después irse en sangre en sus diarreas estivales. La colonia de vacaciones fue otra etapa maravillosa, porque tenía siete años y había compañeritos desde los tres. Tenía que ser muy cuidadoso para disimular un juego mientras los agarraba de los pelos para que tragaran agua en la pileta. ¡Qué linda es la palidez de un niño cuando se tiñe con el azul de la cianosis que provoca la asfixia!

Traduction temporaire :
Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent, prétextant jouer quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils boivent la tasse dans la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il devient bleu à cause de la cyanose provoquée par l'asphyxie !

35 commentaires:

Cécilia Solvez a dit…

Comment leur transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle pacience d'artisan je moulais le verre dans lequel j'introduisais le cacao de mes compagnons pour les voir après s'en aller en sang dans leur diarrhées estivales. La colonie de vacances fut une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et j'avais des camarades depuis mes trois ans. Je devais faire très attention pour dissimuler un jeux tandis que je leur attraper les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau par l'évier. Que c'est joli la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint avec le bleu du cyanose qui provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment leur transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle pacience [ortho] d'artisan je moulais [ou avec « piler » ?] le verre dans lequel [CS] j'introduisais le cacao [« chocolat » ? Comme vous préférez] de mes compagnons pour les voir après s'en aller en sang dans leur diarrhées estivales [la fin est très mal dite]. La colonie de vacances fut une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et j'avais [« il y avait »] des camarades [et le « itos » ?] depuis mes [CS] trois ans. Je devais faire [débrouillez-vous pour ne pas passer par « faire »] très attention pour dissimuler un jeux [grammaire + clarté ?] tandis que je leur attraper [!!!! Attention de ne pas travailler trop vite et de vous relire avant de publier…]


les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau par l'évier. Que c'est joli la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint avec le bleu du cyanose qui provoque l'asphyxie !

Cécilia Solvez a dit…

Comment leur transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre qui introduisait le chocolat de mes compagnons pour les voir après s'en aller en train de faire avec du sang une diarrhée estivale. La colonie de vacances fut une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et il y avait des petits camarades de trois ans. Je devais, avec attention dissimuler un jeu pendant que je leur attrapais ( Et pourtant je me relis 2 fois mais apparemment mal puisque effectivement je fais des erreurs) les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau du robinet de l'évier. Que c'est joli la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint avec le bleu du cyanose qui provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment leur [CS, au fait / je n'avais pas fait attention à la première lecture… Oublié le contexte] transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre qui [CS] introduisait le chocolat de mes compagnons pour les voir après s'en aller en train de faire avec du sang une diarrhée estivale [ce bout manque encore de naturel ; c'est « à cause » de la V.O. – n'hésitez pas à reformuler]. La colonie de vacances fut [attention, je me rends compte que vous êtes tantôt au passé composé, tantôt au passé simple – il faut harmoniser, car vous ne pouvez pas mélanger les deux] une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et il y avait des petits camarades de [le « desde » a quand même son importance] trois ans. Je devais, avec attention dissimuler un jeu pendant que je leur attrapais ( Et pourtant je me relis 2 fois mais apparemment mal puisque effectivement je fais des erreurs // ça arrive souvent quand on est à l'écran ; plus difficile que sur le papier… Vous allez prendre l'habitude, vous verrez) [là pour ce début de phrase CS… Besoin d'un indice ou vous vous débrouillez ?] les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau du robinet de l'évier. Que c'est joli la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint avec le bleu du cyanose qui provoque l'asphyxie !

Cécilia Solvez a dit…

Comment comprendre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le chocolat dans le verre de mes compagnons pour les voir partir, ensuite avec une diarrhée estivale aiguë. La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et il y avait des petits camarades depuis l'âge de trois ans. Je devais être très prudent ( donc j'ai mis "prudent" si c'est pas ça je veux bien un indice. J'avais aussi trouvé "soigneusement" mais avec ce mot, je crois qu'il faut reformuler la phrase) pour dissimuler un jeu pendant que je leur attrapais ( oui sûrement, moi en plus je suis sur l'écran du portable donc l'écran est, en plus, plus petit) les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau du robinet de l'évier. Que c'est joli la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint avec le bleu du cyanose qui provoque l'asphyxie !

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales. La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venait dès trois ans. Je devais, être très prudent afin de dissimuler le jeu au cours duquel je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Je prends la trad de Maxime, légèrement plus avancée…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais [cheville : « ensuite » ou inutile ? Je vous laisse choisir] dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales. [du coup, il faut un point d'interrogation] La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venait dès trois ans. Je devais, [pourquoi cette virgule ?] être très prudent afin de dissimuler le jeu au cours duquel [je crois que c'est tout simplement qu'il fait semblant de jouer] je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venait dès trois ans. Je devais être très prudent afin de dissimuler mon semblant de jeu au cours duquel je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venait [grammaire] dès trois ans. Je devais être très prudent afin de dissimuler mon semblant de jeu au cours duquel je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Non, non, c'est pas ça : pas un semblant de jeu = il fait semblant de jouer alors qu'en réalité………

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand je faisais semblant de jouer en leur attrapant les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Cécilia Solvez a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent afin de dissimuler mon jeu alors qu'en réalité je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. Que c'est beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint du bleu de la cyanose qui provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhée [grammaire] estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans.

Tenía que ser muy cuidadoso para disimular un juego mientras los agarraba de los pelos para que tragaran agua en la pileta. ¡Qué linda es la palidez de un niño cuando se tiñe con el azul de la cianosis que provoca la asfixia!

Je devais être très prudent quand je faisais [« , faire »] semblant de jouer en leur attrapant [avec « tandis que » ?] les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet [FS ; du coup, vous verrez que ça modifie légèrement ce que vous avez mis avant]. Que c'est [débrouillez-vous pour ne pas passer par « c'est »] beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se teint [naturel ?] du bleu de la cyanose qui [?] provoque l'asphyxie !

Cécilia Solvez a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois. Je devais être très prudent quand je faisais [« , faire »= ici j'ai pas compris ce qu'il faut modifié mais peut-être que Maxime a trouvé) semblant de jouer tandis que je leur attrapais les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de l'évier. Que la pâleur d'un enfant est belle lorsqu'il se met du bleu de la cyanose que provoque l'asphyxie !

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand je faisais, faire semblant de jouer tandis que je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand je faisais, faire semblant [?] de jouer tandis que je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque l'asphyxie !

Maxime DEGRAS a dit…

omment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand, en faisant semblant de jouer, je leur attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand, en faisant [juste : « , faire »] semblant de jouer, [« quand »] je leur [incorrect] attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau du robinet [FS / dico]. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque [avec un adjectif ?] l'asphyxie !

Justine Édé a dit…



Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand(,)je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de la pataugeoire en prétextant jouer. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque [avec un adjectif ? C'est à dire Madame?] l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent quand(,)j [du coup, supprimez cette virgule]e les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de la pataugeoire [FS] en prétextant jouer [mettez-le avant]. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose que provoque [avec un adjectif ? C'est à dire Madame? / « provoquée »] l'asphyxie !

Justine Édé a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. En prétextant jouer, je devais être très prudent quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose provoqué par l'asphyxie !

(Qu'elle est belle la pâleur de l'enfant qui, par l'asphyxie, se colore du bleu de la cyanose!)

Justine Édé a dit…

pileta : lavabo ? évier ?

Tradabordo a dit…

Google images :

https://www.google.fr/search?q=pileta&oq=pileta&aqs=chrome.0.69i59j0l5.1292j0j7&sourceid=chrome&es_sm=91&ie=UTF-8

Justine Édé a dit…

donc piscine ?

Tradabordo a dit…

Oui. Il essaie de les noyer. N'oubliez pas qu'il y a d'autres normes et donc d'autres espagnols que celles et ceux d'Espagne.

Justine Édé a dit…

Tres bien
Et pour la dernière phrase ? qu'en pensez vous ?

Tradabordo a dit…

Remettez l'ensemble.

Maxime DEGRAS a dit…

Vous validez la trad de justine madame ?

Justine Édé a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. En prétextant jouer, je devais être très prudent quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de la piscine. Qu'elle est belle la pâleur de l'enfant qui, par l'asphyxie, se colore du bleu de la cyanose!

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. En prétextant jouer [placez-le après], je devais être très prudent quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent l'eau de [mal dit] la piscine. Qu'elle est belle la pâleur de l'enfant qui, par l'asphyxie, se colore du bleu de la cyanose [pourquoi vous changez ; cf mon commentaire précédent et mes indications]!

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent en prétextant jouer quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau dans la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu de la cyanose provoquée par l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent en [avec une simple virgule + sans le « en »] prétextant jouer quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils avalent de l'eau [« boivent le tasse »] dans la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il se colore du bleu [« devient bleu à cause » ?] de la cyanose provoquée par l'asphyxie !

Maxime DEGRAS a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent, prétextant jouer quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils boivent la tasse dans la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il devient bleu à cause de la cyanose provoquée par l'asphyxie !

Tradabordo a dit…

Comment vous transmettre la joie avec laquelle j'ai commencé le jardin d'enfants, avec quelle patience d'artisan je pilais le verre que j'introduisais dans le chocolat de mes compagnons pour les voir ensuite saigner durant leurs diarrhées estivales ? La colonie de vacances a été une autre étape merveilleuse, parce que j'avais sept ans et qu'il y avait des petits camarades qui y venaient dès trois ans. Je devais être très prudent, prétextant jouer quand je les attrapais par les cheveux pour qu'ils boivent la tasse dans la piscine. C'est vraiment beau la pâleur d'un enfant lorsqu'il devient bleu à cause de la cyanose provoquée par l'asphyxie !

Ouf ! :-)

OK.

Justine ? Cécilia ?

Cécilia Solvez a dit…

Oui, d'accord

Justine Édé a dit…

ok