jeudi 17 mars 2016

Projet Chloé T 3 – phrases 143-154

Porque los matones del APRA, los que llaman búfalos, venían a sacarnos la mierda.
¡Uy chucha!
Corrimos tomados de la mano, riéndonos, con esa sensación de volar, empujando a los que se cruzaban, sin que nos importaran los insultos. Cruzamos hacia el colegio Guadalupe, ella vio la pared limpia y sacó de su casaca un pedazo de esponja y un frasco de tinte blanco para zapatos.
¿Piensas hacer lo que estoy imaginando? –le dije.
Sí –dijo Aleh avanzando hacia la pared.
No lo hagas, es mi colegio –le advertí.
Ya no lo es –dijo agitando el frasco–. Ahora es mío.
¿Qué hizo? –pregunta Iosú.
Pintó: No veo la hora de cometer un acto irremediable.
Su frase…

Traduction temporaire :
— Parce que les brutes de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule.
— Oh putain !
— On a couru, main dans la main, en riant, avec la sensation de voler, en poussant les gens qu'on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. En voyant le mur propre, elle a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture blanche pour chaussures.
— T’as l’intention de faire ce que je pense? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur. 
— Fais pas ça, c’est mon lycée.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien. 
— Et qu’est-ce qui s’est passé ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable

— Sa phrase…

6 commentaires:

chloé Tessier a dit…

— Parce que les molosses de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule.
— Oh putain !
— On a couru main dans la main en riant, avec cette sensation de voler, en poussant ceux que l’on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. Ella a vu le mur propre et a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture blanche pour chaussure.
— Tu penses faire ce que j’imagine ? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Ne fais pas ça, c’est mon lycée, l’ai-je averti.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Elle a fait quoi ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

Tradabordo a dit…

— Parce que les molosses [FS ?] de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule [je ne dis pas que c'est faux, mais tu as bien vérifié, hein ?].
— Oh putain !
— On a couru [virgule] main dans la main [virgule] en riant, avec cette [« la »] sensation de voler, en poussant ceux [« les gens » ?] que l’on [« qu'on »] croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. Ella a vu [« En voyant » ?] le mur propre et a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture [« cirage » ou « teinture » ? J'hésite] blanche pour chaussure [singulier ?].
— Tu penses faire ce que j’imagine [bof] ? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Ne fais pas ça, c’est mon lycée, l’ai-je averti [supprime].
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Elle a fait [tu l'as déjà] quoi ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

chloé Tessier a dit…

— Parce que les gardes du corps de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule [oui, vérifié].
— Oh putain !
— On a couru, main dans la main, en riant, avec la sensation de voler, en poussant les gens qu'on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. En voyant le mur propre, elle a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture [« cirage » ou « teinture » ? J'hésite // techniquement, j’opterai pour la teinture, parce que je me demande si on arrive à taguer une phrase sur un mur avec du cirage. Et plus bas, elle agite le flacon, donc c’est liquide, non ?] blanche pour chaussures.
— T’as l’intention de faire ce que je pense? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Ne fais pas ça, c’est mon lycée.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Et qu’est qui s’est passé ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

Tradabordo a dit…

— Parce que les gardes du corps [FS ?] de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule [oui, vérifié].
— Oh putain !
— On a couru, main dans la main, en riant, avec la sensation de voler, en poussant les gens qu'on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. En voyant le mur propre, elle a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture [« cirage » ou « teinture » ? J'hésite // techniquement, j’opterai pour la teinture, parce que je me demande si on arrive à taguer une phrase sur un mur avec du cirage. Et plus bas, elle agite le flacon, donc c’est liquide, non ? Tu as quoi dans Google images ?] blanche pour chaussures.
— T’as l’intention de faire ce que je pense? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Ne [nécessaire ?] fais pas ça, c’est mon lycée.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Et qu’est [?] qui s’est passé ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

chloé Tessier a dit…

— Parce que les brutes de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule.
— Oh putain !
— On a couru, main dans la main, en riant, avec la sensation de voler, en poussant les gens qu'on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. En voyant le mur propre, elle a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture [« cirage » ou « teinture » ? J'hésite // techniquement, j’opterai pour la teinture, parce que je me demande si on arrive à taguer une phrase sur un mur avec du cirage. Et plus bas, elle agite le flacon, donc c’est liquide, non ? Tu as quoi dans Google images ?// Un flacon de liquide qui sert à teindre les chaussures ou camoufler l’usure du bout de la chaussure] blanche pour chaussures.
— T’as l’intention de faire ce que je pense? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Fais pas ça, c’est mon lycée.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Et qu’est-ce qui s’est passé ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

Tradabordo a dit…

— Parce que les brutes de l’APRA, ceux qu’on appelle les buffles, venaient nous casser la gueule.
— Oh putain !
— On a couru, main dans la main, en riant, avec la sensation de voler, en poussant les gens qu'on croisait, sans prêter attention aux insultes. On a traversé vers le lycée Guadalupe. En voyant le mur propre, elle a sorti de son blouson un morceau d’éponge et un flacon de teinture blanche pour chaussures.
— T’as l’intention de faire ce que je pense? lui ai-je demandé.
— Oui, m’a-t-elle répondu en avançant vers le mur.
— Fais pas ça, c’est mon lycée.
— Plus maintenant, a-t-elle répliqué en agitant le flacon. Désormais, c’est le mien.
— Et qu’est-ce qui s’est passé ? m’interroge Iosú.
— Elle a peint Il me tarde de commettre un acte irrémédiable.
— Sa phrase…

OK.