vendredi 4 mars 2016

Projet Simona / Noëlline – phrases 5-6

Se siente intimidado por la posibilidad de verla morirse un día por mínimo descuido; pero no es sólo el temor de perderla para su cariño, sino que conversando con Ella, cavilosos como todos los que están en la pasión, y más cuando en esa pasión uno decae, llegan a la obsesión de que exista algún nexo de destinos entre el vivir de la plantita y su vivir o el de su amor. Fue Ella la que un día vino a decirle que ese trébol fuera el símbolo del vivir del amor.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

14 commentaires:

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime; mais ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, bien qu'il en parle avec Elle, soucieux comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, l'un dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un certain lien de destins entre la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime[espace]; mais ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, bien qu'il [CS] en parle avec Elle, soucieux [pas plus fort en V.O. ? Voyez les définitions qu'on vous donne dans le dico unilingue et évaluez] [virgule] comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, l'un [non, c'est la généralité] dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un certain [supprimez] lien de destins [« lien de destins » : est-ce clair ?] entre la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; mais ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, quoiqu'il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

(Je pense que mon commentaire précédent est passé dans les spams)

Tradabordo a dit…

Non, rien dans les spams.

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; mais ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, quoiqu'il [NON : que veut dire « no… sino… » ?] en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; mais ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, toutefois il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; mais ["pourtant"] ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, toutefois["mais"...] il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais il en [le « que » esp. doit être rendu, car il a une certaine incidence sur la suite… ça s'enchaîne avec « llegan »] parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, arrivant jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent jusqu'à l'obsession qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais [« que »] quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent jusqu'à l'obsession [« l'idée obsessionnelle » ?] qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais que, quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent jusqu'à l'idée obsessionnelle qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais que, quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent jusqu'à [ce sera sans doute mieux avec juste : « ils en arrivent à »] l'idée obsessionnelle qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Noelline Delcher a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais que, quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent à l'idée obsessionnelle qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

Tradabordo a dit…

Il se sent intimidé par la possibilité de la voir mourir un jour à cause d'une négligence minime ; pourtant ce n'est pas seulement la peur de la perdre pour sa tendresse, mais que, quand il en parle avec Elle, anxieux, comme tous ceux qui sont dans la passion, et plus encore lorsque dans cette passion, on dépérit, ils arrivent à l'idée obsessionnelle qu'il existe un lien entre le destin de la survie de la petite plante et sa survie ou celle de son amour. Ce fut Elle qui, un jour, vint lui dire que ce trèfle était le symbole de la survie de l'amour.

OK.

Simona ?